Où sommes-nous?

Où diable sommes-nous? On ne s’y retrouve plus, ni dans les médias, ni dans les principes, ni même dans nos pensées telles que nous croyions devoir les ordonner… La gauche, le centre, la droite, ne signifient plus rien, et se mélangent allègrement pour compléter notre confusion la plus totale. Et nous allons devoir voter au mois de mai, dans ce salmigondis enchevêtré! Essayons d’y voir un peu plus clair!

La gauche reste fidèle à elle-même, avec des principes hérités du XIXème siècle et qui n’ont pas changés. D’abord le PTB: on recycle les principaux dogmes du communisme dans une sauce actualisée mais tout aussi indigeste. Ils savent tout, ils vont tout faire « mieux », et ils seront « incontournables ». Cela reste à voir… Le PS, toujours fidèle à lui même, est « notre avenir » – alors qu’il ‘a pas su gérer notre passé – et nous promet de revenir à la cohésion sociale « détruite » par le dernier gouvernement. Il donne l’impression, lui aussi, de fredonner des airs anciens, mais il en a perdu le ton! Il a tout fait, dit-il, mais on ne peut dès lors que s’étonner de la vacuité du bilan de ces 50 dernière années, quand il était au gouvernement! Le cdH, lui, vient de se doter d’un nouveau président, qui semble plus motivé et actif que l’ancien. Mais il ne peut se débarrasser de ses vieilles momies, ni de ces refrains surannés qu’on n’aime plus entendre. C’est un peu tristounet, encore que cela puisse plaire  aux amateurs de nostalgie! En tout cas, il apparaît que le « scotchage » au PS, institué par l’ex-présidente Milquet, ne soit plus une sorte d’obligation, et qu’on ose même parler dune possibilité d’alliance avec les nationalistes du Nord! Liberté, Liberté… quand tu nous tiens… J’allais oublier les Ecolos, dans cette revue de la gauche! Il est vrai qu’on nous a seriné, depuis la fin de l’an dernier, le grand air de la catastrophe climatique, inévitable, inexorable, mondiale, qui va nous mener au Jugement Dernier, si nous ne prenons pas immédiatement des mesures concrètes et définitives! D’abord supprimer ces centrales nucléaires, à gaz, à charbon qui polluent l’atmosphère. Ensuite développer les transports publics pour supprimer les voitures. Et puis planter des arbres, partout, pour rééquilibrer l’atmosphère. Enfin manger « végans » pour respecter le rôle animal, d’autant qu’on aura transformé les fermes en forêts en supprimant l’élevage. Très bien, très généreux, mais comment va-t-on faire en pratique? P0lus de courant – ou très peu – et un régime peu nourrissant! Les remèdes sont difficile à définir, mais incluent d’énormes investissements, lesquels profiteront immanquablement à ces odieux capitalistes qui sont la cause de tout! Dur, dur d’être Ecolo!

La droite se présente plus facilement. D’abord il y a le massif MR, qui n’a de « réformateur » que le nom. Il n’ a en tout pas pas réussi sa transformation, ni la refonte ou la révision de ses principes, après leurs multiples manipulations au cours des années écoulées. Car à l’origine (fin du 19ème siècle), le MR était le parti Libéral, formation de gauche, anti-cléricale et progressiste! Un genre de PS avant la lettre. C’est en incluant de plus en plus de « bourgeois » – effrayés par la violence des manifestations de travailleurs – qu’il a muté vers le centre, puis la droite. Et il y eut, à cause de cela, des dissidents, qui formèrent le parti socialiste. Mais le MR n’est plus rien de tangible. Récemment, après avoir formé un gouvernement avec les nationalistes flamands, après quatre ans, il s’en laisse éjecter pour obéir à une vague promesse formulée à l’ONU, dans l’espoir d’en faire rejeter « la faute » sur les autres! En réalité pour ne pas achever les réformes annoncées, qui ne plaisaient pas à certains… mais on ne le dira pas! En attendant, les militants ne s’y retrouvent plus. L’ex-Premier Ministre a repris la présidence du parti – d’une façon non démocratique – mais plus personne ne croit en ses promesses, axées sur le climat et sur toutes les revendications des dernières manifestations! C’est la foire! On ne parlera pas du PP, dont le programme n’est pas connu du public, la télévision et la radio ne lui ayant pas confié de l’audience, sous prétexte que ce serait un parti d’extrême-droite! C’est aussi cela la liberté d’expression de notre chaîne nationale, dont les cordons sont de plus en plus serrés dés que l’on s’écarte un peu trop des couloirs du pouvoir!

Au centre, enfin, on trouve DEFI, un parti à l’origine « linguistique », mais mutant de plus en plus vers le secteur socio-économique. DEFI c’était à l’origine l’UDF (Union Démocratique des Francophones), créée à Etterbeek pour lutter contre la tentative de coup de main flamand sur la région de Bruxelles. Il deviendra le FDF (Front Démocratique des Francophones) en se répandant dans toute l’agglomération, avant de se définir DEFI pour s’implanter en Wallonie. Après avoir participé au mouvement du MR, il l’a quitté pour incompatibilité d’humeur et continue sa route seul, en grignotant des voix et implantant ses représentants un peu partout. Peut-être un élément pour l’avenir de la Wallonie…

Comme je l’avais dit, on ne s’y retrouve pas! Tous chantent aujourd’hui, les cantiques mis en œuvre par les Ecolos, car des « sondages » on prévu une grosse vague verte! Mais qui dit quoi? De toutes façons, ce sont les Flamands qui nous imposeront une décision, car c’est de leurs résultats électoraux que dépendra – ou non – la coalition gouvernementale. En Wallonie on peut presque dire que « les jeux sont faits », à moins que des exigences particulières n’empêchent certaines coalitions de se faire. Mais il est évident que ces résultats impacteront AUSSI ceux du Fédéral, et qu’ils pourront AUSSI provoquer une rupture de la Belgique…

Réfléchissez bien, et ne vous laisser pas influencer par les sirènes de propagande de la FGTB et de la CSC. Leur musique revendicative ne pourra que vous empêcher d’entendre la voix de la raison et de voter dans l’intérêt de la Nation. Pauvre Belgique…

Charles RIGOLI

Février 27, 2019

 

 

 

A propos admin

Né à Uccle (Bruxelles) le 16.01.1944 Journaliste indépendant Pensionné depuis le 01.02.2009
Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.